Logiciel ÉPICENTRE
calcul au vent, calcul sismique 
des bâtiments contreventés par des voiles 
 
Ferraillage des voiles : armatures de flexion
Utilisation du diagramme de Newmark des contraintes normales élastiques
Interprétation pratique des diagrammes de contraintes normales issus de l'analyse modale spectrale
Considérons l'exemple de diagramme de contraintes normales ci-dessous correspondant à la combinaison de Newmak (la combinaison de Newmark, explicitée à l'article 6.4 des PS 92, est la combinaison des résultats correspondant aux deux directions simiques) :
Il est essentiel de bien comprendre ce que représente ce diagramme :
ce n'est pas un état global de contraintes agissant simultanément et à appliquer en bloc à la section pour représenter l'action sismique
ce diagramme constitue en fait l'enveloppe des contraintes conventionnelles de calcul en chaque point de la section
Si on note σ(P) la valeur associée sur le diagramme de Newmark à un point P de la section, σ(P) représente la contrainte maximum qui risque d'être atteinte au point P en cours de séisme.
Au moment précis où la contrainte en P atteindra la valeur s(P), l'état de contrainte global dans la section sera le diagramme de contraintes élastiques linéaire tangent en P au diagramme de Newmark :
En effet, le calcul par analyse modale spectrale considère qu'à chaque instant la déformée globale du bâtiment (considéré comme un modèle élastique linéaire) est la superposition des diverses déformées modales, excitées selon chacune des deux directions sismiques de calcul.
A chaque instant, le diagramme des contraintes normales dans une section donnée est donc un diagramme linéaire de contraintes, puisque issu de la superposition des diagrammes de contraintes élastiques linéaires associés à chaque mode propre.
Au moment où la contrainte en P atteint la valeur σ(P), le diagramme linéaire de contraintes correspondant à l'état de contrainte de la section passera évidemment par le point [P, σ(P)] du diagramme de Newmark. Il sera par ailleurs forcément tangent à ce diagramme, car sinon les contraintes de certains points immédiatement voisins de P seraient supérieures à celles lues sur le diagramme de Newmark (diagramme en tireté de la figure ci-dessus), ce qui serait en contradiction avec la signification intrinsèque du diagramme de Newmark.
Diagrammes linéaires de calcul associés au diagramme de Newmak des contraintes normales d'une section
Considérons une section de voile, supposée pour le moment réduite à un panneau unique, et 11 points de calcul répartis régulièrement le long de cette section.
ÉPICENTRE va rechercher les 11 diagrammes linéaires tangents en ces 11 points au diagramme de Newmark des contraintes normales de la section.
Il est clair que ces 11 diagrammes linéaires, qui "enveloppent" le diagramme de Newmark de contraintes normales de la section, en constituent une très bonne approximation pour le dimensionnement de la section : ÉPICENTRE va donc les utiliser pour déterminer les éléments de ferraillage de la section.
Equivalence de cette méthode avec la méthode de l'ellipsoïde
Cette méthode, assez facile à mettre en œuvre, est mathématiquement équivalente à la méthode de l'ellipsoïde : voir les explications détaillées