Logiciel ÉPICENTRE
calcul au vent, calcul sismique 
des bâtiments contreventés par des voiles 
 
Calculs dynamiques : compléments divers
Ajustement du coefficient de comportement pour les périodes courtes
Commentaire sur l'application de l'article 6.33 des Règles PS 92
Lors de la présentation de la notion de fréquence de coupure, nous avons vu que les modes de très petite période ne sont quasiment pas amplifiés en cas de secousses sismiques : ils suivent les déplacements du support, sans amplification dynamique, et sont donc soumis aux mêmes accélérations.

Pour ces modes, un coefficient de comportement trop grand aurait pour effet de donner à la structure une réponse inférieure à l'accélération RA au niveau du sol, ce qui n'est pas réaliste.

Les Règles PS 92 prévoient donc dans ce cas un ajustement du coefficient de comportement de base du bâtiment, sous la forme d'une formule donnée à l'article 6.33.

Cette formule était déjà proposée par les Recommandations AFPS 90 (article 6.522), avec des critères d'application clairs : " Lorsque la période T du mode de vibration considéré est inférieure à l'abscisse TB du spectre normalisé et que la valeur de base du coefficient de comportement est supérieure à la valeur de l'amplification spectrale maximale RM".

Les Règles PS 92 ne prévoient par contre l'application de cette formule que " lorsque la période de vibration du mode fondamental est inférieure à TB", ce qui n'est pas logique et paraît en contradiction avec l'esprit même de l'article, qui est bien de prévoir une correction pour tous les modes de période courte, même si le mode fondamental est au-delà de TB.

Après concertation avec le Bureau Veritas, il a été décidé de retenir dans ÉPICENTRE les critères des Recommandations AFPS 90 et donc d'appliquer la formule systématiquement pour tous les modes de période inférieure à TB.